Quels sont les enjeux de la transition énergétique pour la France ?

 

 

Dans son rapport annuel publié en Octobre, l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE) tire la sonnette d’alarme en affirmant que la transition énergétique est trop lente et que l’investissement dans les énergies propres n’est pas assez massif et rapide.

 

Sans action concrète, l’impact du changement climatique pourrait peser et coûter en moyenne 1% du PIB par an à la France sur les 50 prochaines années.

 

En effet, suite au sommet qui vient de débuter à Glasgow et qui apparaît comme celui de la dernière chance, la réalisation de l’urgence actuelle de notre environnement est criante puisqu’en un siècle la planète s’est réchauffée de plus de 1,1°C.

 

 

Ainsi, l’établissement de la transition écologique aura pour objectif d’assurer la protection à long terme de notre écosystème via différents facteurs et moyens énergétiques que nous nous efforcerons d’énoncer au travers de cet article.

 

 

Pourquoi réaliser une transition énergétique ?

 

 

Dans l’état actuel des choses, on est passé parfois sans s’en rendre compte d’une société de consommation à une société de gaspillage. Notre monde utilise 75% de l’énergie produite simplement parce que nos systèmes sont devenus inefficients. La moitié de nos ressources naturelles sont gâchées et plus de 95% de nos déchets sont dilapidés sans savoir que la solution serait de les faire entrer dans une économie circulaire notamment au travers la mise en œuvre d’une transition énergétique.

 

Celle-ci est l’un des objectifs formulés par le gouvernement français afin de réduire l’impact environnemental des offres des fournisseurs. Par ce biais, les consommateurs accèderont à de l’énergie renouvelable permettant d’utiliser du gaz ou de l’énergie de manière éco-responsable.

 

De plus, les conséquences du changement climatique ne sont pas assez prises en compte dans ma plupart des projections économiques. Il en ressort par-là que le coût de l’inaction climatique aura un impact sur l’économie française à hauteur de 1% du PIB en moyenne par année, en comparaison avec un scénario dans lequel le climat ne serait pas pris en compte.

 

Une perte significative qui pourrait s’avérer encore plus conséquente puisque les modélisations économiques utilisées ne permettent pas d’appréhender l’intégralité des déséquilibres systémiques ni certains évènements extrêmes associés au changement climatique.

 

 

Une économie moins prospère se traduirait également par une diminution des offres d’emplois pour les Français. L’inaction climatique se traduirait par une diminution de 1% de la main-d’œuvre en 2070 ce qui signifiera que l’économie française enregistrerait une réduction de 370.000 emplois en moyenne par an sur les 50 prochaines années. L’industrie, le commerce ou encore le tourisme seront les secteurs les plus touchées par celle-ci.

 

Pour en venir à contrer ces effets néfastes de l’inaction climatique, la solution de la transition énergétique reste au premier plan de l’action environnemental à réaliser.

 

Ce qui ne signifie pas pour autant faire un sacrifice sur votre qualité de vie ou votre santé économique: adopter un mode de réflexion où la création de valeur se fera non plus sur le gaspillage et la quantité de consommation mais sur la qualité et l’efficience via de nouvelles solutions énergétiques.

 

 

La réalisation de la transition écologique pourrait faire gagner plus de 3,5% à notre PIB

 

 

Il paraît impératif que les différents acteurs économiques se saisissent concrètement de cette problématique et agissent en faveur de cette transition décarbonée.
En effet, la France a ici déjà pris des engagements audacieux et juridiquement contraignants pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2040/2050.

 

Cependant, nous dépendons toujours des combustibles fossiles pour environ 50% de notre offre d’énergie primaire.

 

Même si les investissements à court terme pour atteindre la neutralité carbone nécessitent un effort financier considérable de la part des investissements, les coûts immédiats à mobiliser pour cette transition ne sont pas comparables à ce qui incomberait à l’État et surtout aux industries d’ici 50 ans face à un changement climatique non maîtrisé.

 

 

D’autant plus qu’une transition vers une économie plus verte engagée pourrait rapidement créer des opportunités dans les divers secteurs de l’économie.

 

Celle-ci pourrait ainsi permettre à la France d’atteindre en 2070 un PIB de plus de 3,5%, un taux largement supérieur à celui d’une économie affectée par le changement climatique.

 

Pour que cette transition se fasse rapidement de manière ordonnée et optimale, celle-ci devra être accompagnée de mesures incitatives, adaptées à tous les secteurs afin d’en optimiser les effets positifs sur le long terme. Toutes les industries et entreprises seront dès lors conduites avec une attention particulière portée sur leurs spécificités.

 

Ainsi, les grands impacts énergétiques de cette transition sont multiples. Ils concernent de grands aspects de notre société que ce soit dans les domaines :

 

  • Environnementaux
  • Sanitaires
  • Économiques
  • Politiques
  • Sécuritaires

 

 

Une évolution en différentes étapes : un enjeu primordial pour notre écosystème

 

 

Pour la France, les effets d’une transition ordonnée pourraient se matérialiser selon différentes phases d’ici 2070.

 

La première phase, jusqu’en 2030 sera celle de la prise de décisions climatiques audacieuses avec l’accélération des investissements en faveur de technologies émergentes pour une énergie bas carbone.

 

La deuxième phase, de 2031 à 2040 sera la phase du tournant climatique et économique au cours duquel les investissements réalisés lors de la première phase devront permettre à la France de tirer les bénéfices économiques de son action pionnière en matière climatique.

 

 

Par ailleurs, la neutralité carbone devrait être atteinte entre 2040 et 2050 et, enfin, au-delà de 2050, la France entrerait dans une société à faible taux d’émissions avec des structures économiques françaises radicalement transformées.

 

D’autres évolutions et pistes d’actions existent. Néanmoins, l’essentiel est de bien comprendre que l’impact économique du changement climatique n’est plus une hypothèse.

 

Face aux graves conséquences économiques qui se dessinent et au risque qui pèse sur la croissance et le bien-être des populations, il est indispensable de prendre en compte ces enjeux dans les prévisions économiques et d’agir pour la transition énergétique. L’inaction ne peut pas être une option ni d’un point de vue climatique, ni d’un point de vue économique.

 

Ainsi, notre entreprise ECO FREE ENERGY a pour objectif premier de vous accompagner dans cette transition énergétique et dans l’établissement des différents moyens pour y résoudre.
N’hésitez pas à nous solliciter :